31 oct. 2006

“Une science qui ne tient pas compte du bien total de la personne, n’est pas une science, mais une régression”...

... déclare Mgr Bagnasco au ‘Médecins Catholiques Italiens’ (AMCI)
L’AMCI est née en Italie en 1944 comme première Association de professionnels catholiques avec l’esprit de fidélité absolue aux directives de l’Eglise, dont les objectifs principaux sont : pourvoir à la formation morale, scientifique et professionnelle des médecins, promouvoir des études médico-morales en respectant fidèlement le Magistère de l’Eglise, animer et défendre l’esprit de service humain et chrétien des médecins dans le rapport avec le malade, l’activité caritative, d’évangélisation, de collaboration avec d’autres associations de bénévoles et d’aide aux populations les plus nécessiteuses et aux missions.

29 oct. 2006

"L'indifférence est le pire de tout" (Docteur Dor)

Interview du Docteur Dor, le 21 octobre 2006 (Président de l'association SOS TOUT PETITS) ; Que de paroles importantes ! Vidéo à faire circuler !




Par le silence, l'enfant est tué deux fois :
- la première fois, dans le sein de sa mére
- la deuxième fois, dans les consciences !

28 oct. 2006

Cérémonie du Comité pour Sauver l'Enfant à Naitre

Le 11 novembre à 11h au Trocadéro, Paris 16ème.
[renseignement : 01.48.73.53.65]

Le nouvel autocollant de SOS FUTURES MERES

5ème Colloque international de bioéthique

Avec le cardinal Lustiger, Jean-Marie le Méné, Mgr Jean Lafitte, Marie-Jo Thiel...
Du vendredi 10 novembre à 14 h au dimanche 12 novembre à 16 h
à Paray le Monial
Pour plus d'informations : PDF RECTO + PDF VERSO

Une importante Marche pour la Vie provoque l’abolition de l’avortement thérapeutique au Nicaragua

Fides - L’Assemblée Nationale du Nicaragua, avec 52 votes favorables, 9 abstentions et 29 absences, a hier éliminé de la loi, dans le cadre d’une révision du Code Pénal, l’avortement thérapeutique, en vigueur depuis plus de 100 ans au Nicaragua. Ainsi le pays compte-t-il désormais sur une des législations les plus favorables à l’enfant à naître du continent américain. Depuis que s’est présentée la possibilité d’éliminer ledit avortement thérapeutique, le peuple nicaraguayen s’est mobilisé en réalisant de nombreuses activités et appels dans tout le pays. Une des principales activités a été l’importante Marche pèlerinage en faveur de la Vie, convoquée par la Conférence Episcopale, qui a parcourue les routes de Managua, avec la participation de nombreux jeunes.
A la France maintenant de répondre à cet exemple ! La conférence épiscopale sera-t-elle présente le 21 janvier 2007 ? Nous l'espérons. N'oublions pas aussi de nous mobiliser !

27 oct. 2006

XXème anniversaire de SOS TOUT PETITS

31 ROSAIRES PUBLICS DE SOS TOUT PETITS le 18 NOVEMBRE à 14 h 30 !

Nicaragua : un événement historique !

Sur le blog de Jeanne Smits

Les Evêques portugais et le prochain référendum sur l’avortement

“Si nous luttons pour une loi de l’état qui défend la vie humaine dès sa conception c’est parce qu’il s’agit d’une valeur universelle, d’éthique naturelle et pas seulement d’un précepte de la morale religieuse »
les Evêques du Portugal rappellent dans leur Note que « pour les fidèles catholiques, l’avortement provoqué est un péché grave, car c’est une violation du 5ème commandement : ‘tu ne tueras pas’, même s’il est permis légalement ».

Les évêques espagnols préviennent...

... que le projet de loi sur la recherche biomédicale “ne protègera pas la vie humaine et ouvrira la porte à la pratique légale de nouveaux abus contre la dignité de l’être humain »

Fides - Texte intégral de la note de la conférence épiscopale espagnole

26 oct. 2006

L'exemple polonais

Nous voudrions voir la vie protégée de la conception, pendant la grossesse et jusqu’à la naissance. Nous ne voulons aucune exception. [...] Il n’y a aucun besoin de punir des enfants pour les péchés des parents."

Enfin un pays européen sur la bonne voie...

24 oct. 2006

Christophe Barbier, un nouvel adepte pro-mort ?

Pour lui, personne ne doit être condamné lorsque que l'on "tue par amour et par pitié"...

M. Barbier oublierait-il que de légaliser l’euthanasie, ce serait instaurer la possibilité pour quiconque, de prononcer la peine de mort d’êtres souffrants ou considérés comme indignes de vivre ???

23 oct. 2006

Le Nicaragua fait le choix de la vie

Ministre de la santé : "Il est nécessaire de retirer l'avortement thérapeutique du code pénal. Rappelons-nous cette phrase si sage : chaque créature, à sa naissance, nous apporte le message que Dieu ne perd toujours pas espoir en l'homme. (...) l'avortement est réprimé en tant que tel par les lois du Nicaragua, et il existe un ensemble de lois qui protègent les droits des personnes à naître, mais la loi autorise le soi-disant avortement thérapeutique en contradiction avec toutes les autres lois. (...) Il existe des preuves scientifiques du fait que l'avortement ne cause pas seulement des dommages psychologiques, mais aussi physiques : des dommages directs à travers le traumatisme et indirects comme l'augmentation du nombre de cancers du sein."

L'union européenne finance la mort à travers le monde entier

Les pays subventionnés au titre du « développement » concernés par ces subventions se situent en Afrique, dans les Caraïbes et dans la région du Pacifique. (article complet sur le blog de Jeanne Smits)

L'euthanasie à l'hôpital

Le lobby de l'euthanasie à l'hôpital, par France Catholique

21 oct. 2006

"Un nouveau génocide silencieux"

Le livre "On tue les vieux" chez Fayard est un livre de deux ans d'enquête avec le soutien de l'AFPAP (Association française de protection et d'assistance aux personnées âgées) aboutissent au constat suivant : certaines personnes du troisième âge meurent de façon prématurée en France (pays des droits de l'homme). En cause, les incohérences de l'hospitalisation, la prise en charge aux urgences, les euthanasies, les maisons de retraite inadaptées, la justice complaisante...
Ce livre montre que tout est mis en œuvre pour accélérer la fin des personnes âgées malades à l'hôpital. Pour les auteurs, il s'agit "d'un génocide silencieux perpétré grâce aux incohérences et aux maltraitances qui font tous les ans plus de morts que la canicule".
Le Pr Jacques Soubeyrand, coauteur et chef du service de médecine interne et gériatrie à l'hôpital Sainte-Marguerite de Marseille, explique : "Il ne s'agit surtout pas de jeter l'opprobre sur les établissements, mais de dénoncer certaines dérives et un système tout économique, où la vieillesse n'est plus vue qu'en termes d'inutilité, de contraintes. A partir du moment où on ne donne pas à ces personnes tous les soins qu'elles mériteraient, on accélère leur fin". Une "euthanasie économique et sociale" qui commencerait dès l'hôpital.

Les évêques portuguais appellent à voter contre l'avortement

Le parlement portugais a donné son feu vert le 4 octobre à un référendum sur la dépénalisation de l’avortement. Celui-ci devrait avoir lieu en janvier. Lors du précédent référendum, en 1988, une campagne engagée par l'Église catholique avait permis de contenir l’interdiction légale, et la levée de la pénalisation dans des cas exceptionnels. Dans une Note pastorale sans ambiguïté, le Conseil permanent de l’épiscopat portugais expose les raisons de voter «non».

Pétition contre l'euthanasaie

Suite à la sortie de son roman sur l’euthanasie « Les assassins sont si gentils » (Edition Salvator), Elisabeth Bourgois, infirmière, reçoit de nombreux soutiens individuels qui, collectivement, peuvent avoir un réel impact dans ce grave débat de société. C’est pourquoi le « Collectif pour une médecine de vie » vient d’être créé face à l’action omniprésente de ceux qui profitent de nombreuses affaires douloureuses d’euthanasie pour exiger le vote d’une loi en autorisant la pratique en France.
Ce Collectif souligne :
- qu’aider quelqu’un à mourir dans la dignité, c’est lui apporter tous les soins médicaux et psychologiques pour lui éviter des souffrances extrêmes, physiques et morales, de fin de vie.
- qu’aider quelqu’un à mourir dans la dignité ne peut en aucun cas vouloir dire : provoquer sa mort.
- que légaliser l’euthanasie, ce serait instaurer la possibilité pour quiconque, de prononcer la peine de mort d’êtres souffrants ou considérés comme indignes de vivre.
- que la médecine est l’art de soigner tout être vivant et qu’elle n’est pas un outil d’exécution.
Faites donc connaître cette page - et, pour ceux n'ayant pas internet, ce document PDF à faire diffuser - à un maximum de personnes (amis, familles, collègues de travail, croyants, églises, blogs, forums, liste de vos contacts mails...) pour que toutes personnes en fin de vie puissent mourir dans la dignité et non être systématiquement tuées comme voudrait le faire la société actuelle…

20 oct. 2006

Les pro-avortement nient le lien "Avortement - Cancer du sein"

Les activistes pro-avortement ne cesse de nier le lien, nonobstant la croissance exponentielle de cas de cancer du sein dans les pays où l’avortement a été dépénalisé

L'IVG est un meurtre !

Les avancées de l'euthanasie au Canada

Un juge canadien, Danielle Côté, vient de dispenser de prison André Bergeron, coupable de tentative d’euthanasie sur sa femme. [...] Condamné seulement à trois ans de suivi judiciaire, l’euthanasieur s’est vu dire par le juge qu’il avait agi par amour, et non par agressivité. Tandis qu’en Oregon, on arrête les suicides assistés au profit de la “mort assistée par médecin

Les bébés conçus de manière naturelle sont en meilleure santé

Les nourrissons et jumeaux nés après une insémination artificielle ou un traitement hormonal pris par la mère sont en moins bonne santé que les enfants conçus naturellement. Un enfant conçu artificiellement court également 1,5 fois plus de risque de mort subite du nourrisson qu’un enfant conçu naturellement, selon une étude du gynécologue Willem Ombelet, du centre de fertilité de l’hôpital “Oost-Limburg” à Genk. (suite de l'article sur le Baf)

19 oct. 2006

130 médecins contre l'avortement

A trois semaines du référendum, ils appellent à voter "oui" à la loi d'abolition. Et 130, ce n'est pas rien dans un Etat de 750.000 habitants. Plusieurs dizaines d'entre eux ont même participé à une campagne de spots télévisuels (ici) rappelant que "l'avortement fait s'arrêter un coeur qui bat".

Les Evêques australiens déclarent que le clonage thérapeutique est un affront à la dignité humaine

Le clonage thérapeutique est un affront aux valeurs humaines fondamentales et conduit la société à créer une nouvelle classe d’êtres humains qui diminue la dignité de chaque personne, affirment les Evêques catholiques australiens dans un communiqué en réponse aux propositions du parlement fédéral d’approuver le clonage humain.

La Conférence épiscopale soutient que si la mesure législative passait « ce serait un nouvel outrage à la vie », en tant qu’il permettrait aux « embryons humains d’être créés exprès et ensuite détruits au bénéfice de la recherche scientifique ». Tandis que ceux qui sont favorables soutiennent que le clonage thérapeutique apportera des soins pour les maladies actuellement incurables, les opposants, y compris la conférence épiscopale australienne, sont convaincus qu’il mène à la destruction de la vie humaine. « Créer un embryon humain avec pour objectif spécifique de le détruire pour la recherche, signifie entrer dans une forme d’expérimentation humaine dangereuse et perverse », affirment les Evêques australiens. [...]

« Nous ne discutons pas de l’expérimentation sur les embryons seulement parce que nous sommes catholiques, mais parce que nous soutenons les valeurs humaines fondamentales ». « Nous ne pouvons penser à alléger les souffrances des personnes en créant puis en détruisant des vies humaines ».

L’embryon humain, soutiennent les Evêques, « a une dignité humaine intrinsèque, et doit bénéficier des principaux droits humains de vivre, de grandir et de prospérer ». Le clonage thérapeutique, mieux connu comme technique de « transfert embryonnaire », s’obtient en transférant le noyau d’une cellule adulte (prélevée sur la peau) dans un ovocyte dont a été soustrait le noyau. Par une stimulation l’ovocyte commence à se diviser en donnant vie à des cellules staminales embryonnaires.

Asie : 100 millions de bébés tués

Généthique nous rapporte que mardi 24 octobre, la chaîne Arte diffusera le documentaire de Manon Loizeau et Alexis Marant La malédiction de naître fille, récompensé par le prix Albert Londres.
"Le chiffre est effrayant". 100 millions de bébés sont tués avant ou après la naissance simplement parce qu'ils sont des filles, des "charges inutiles" pour la société. Aujourd'hui 100 millions de femmes manqueraient donc en Inde, au Pakistan et en Chine à cause de l'infanticide et de l'avortement.
NDLR : En Asie, 100 millions de filles manquent à l'appel. En France, ils sont plus de 6 millions d'enfants a avoir été avortés (IVG et non IMG) depuis 1975, mais qui ose le dénoncer ? Est-ce moins grave ? Le silence en France est assourdissant tandis que le nombre de victimes ne cesse d'augmenter : l'enfant, la mère, le père, les frères et les sœurs...

IVG: le patriarche de Lisbonne appelle l'Eglise à "éclairer les consciences"

"Le rôle des pasteurs est d'appuyer et d'illuminer les consciences, et de proclamer la doctrine de l'Eglise en annonçant l'évangile de la vie"

18 oct. 2006

Doctrine sociale de l'Eglise

"De même qu’il y a un siècle, les classes ouvrières étaient privées de leurs droits fondamentaux et c’est l’Eglise qui, très courageusement, est venue à leur défense en proclamant les droits sacro-saints de l’ouvrier en tant que personne, de même aujourd’hui, alors qu’une autre catégorie des personnes est privée du droit fondamental à la vie, l’Eglise se sent tenue de s’exprimer avec le même courage au nom de ceux qui n’ont pas de voix"
Article complet sur le Salon Beige

Condamné pour double meurtre

Un habitant de Philadelphie a étranglé sa compagne enceinte parce qu’elle ne voulait pas se faire avorter. Il a été condamné mardi pour meurtre à la réclusion criminelle à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle.
Stephen Poaches, 27 ans, a été reconnu coupable des meurtres de LaToya Figueroa et du foetus qu’elle portait. Poaches a renoncé à son droit de faire appel et le ministère public a accepté de ne pas requérir la peine de mort.
“Il ne voulait pas que cet enfant naisse“, a souligné le procureur Carlos Vega.

13 oct. 2006

La légion d’honneur à deux pionnières de la culture de mort

Jacques Chirac a remis le 8 septembre dernier dernier les insignes de la Légion d’Honneur à Gisèle HALIMI et Evelyne SULLEROT, soulignant chez ses femmes « leur rôle décisif en faveur de la cause des femmes » !!!
Rappelons que Gisèle HALIMI avait, en effet, signé en 1971 le manifeste dit « des 343 salopes » où elles reconnaissait, avec l’ensemble des signataires, avoir subi un avortement et en réclamait la reconnaissance légale, et avait défendu une mineure qui s’était faite avortée, en 1972, lors du célèbre procès de Bobigny qui avait joué un rôle déterminant dans le vote de la loi de 1975.
Quant à Evelyne SULLEROT, elle fut la fondatrice, en 1955 d’une association de femmes assurant la promotion du contrôle des naissance, dénommée par la suite « Planning familial ».
source : revue de presse "choisir la vie"

Rappel (2)

Rappel (1)

12 oct. 2006

Les évêques invitent les catholiques à manifester activement leur désaccord

Les Evêques de l’Equateur dénoncent l’attentat à la vie prévue par quelques articles du nouveau Code de la Santé. Dans la Note émise le 10 octobre, les Evêques rappellent qu’on ne peut négocier avec ceux qui soutiennent la diffusion de l’avortement qui « équivaut toujours à éliminer la vie d’un innocent ».
Conscients qu’ « ils ne peuvent se taire » devant cette situation, les Evêques invitent «tous les catholiques et toutes les personnes de bonne volonté et de bon sens » à manifester activement leur désaccord dans leurs rapports avec « ces lois injustes et anticonstitutionnelles et à participer aux marches que les mouvements pro-vie organisent ces jours-ci »

“Non à la loi qui autorise le clonage des embryons, qui méprise la vie"

Le clonage est une pratique qui méprise la vie humaine et n’est pas autorisée ni réglementée par une loi étatique : tel est l’appel des évêques australiens, contactés par l’Agenzia Fides, pour commenter le projet de loi sur la bioéthique et le clonage, en discussion au Parlement Fédéral australien.
Le document - affirme-t-on - crée “une nouvelle classe” d’embryons humains, non destinés à la reproduction “mais seulement à la recherche”: et ceci constitue une violation des indications législatives déjà existantes, qui refusaient le clonage des embryons humains. L’esprit de la nouvelle loi en discussion, remarquent les évêques, est celui d’un mépris de la vie humaine, en autorisant la création d’embryons “seulement dans l’objectif de la destruction”, elle inclus le clonage des embryons avec de l’ADN mélangé entre homme et animal : il s’agit d’une manipulation inacceptable et contre nature, qui “déshumanise l’embryon” et constitue “un domaine miné au niveau éthique”.
Les évêques rappellent que “nous avons tous été embryons”. “L’embryon ne peut pas être considéré autrement que comme un être humain. Il y a une dignité humaine intrinsèque qui est à la base de tous les droits de l’homme”, soulignent-ils, en répétant qu’il ne s’agit pas d’argumentations religieuses mais d’une question anthropologique.

10 oct. 2006

Afrique du Sud : Une constitution contre la Vie

Alors que les députés sud-africains devraient prochainement adopter une loi d’organisation civile des unions homosexuelles – les droits « gays » sont reconnus par la Constitution sud-africaine au titre du refus de toute discrimination – saluons une courageuse prise de position du cardinal Wilfrid Napier. Il s’exprimait devant des éducateurs catholiques lors d’une conférence à Johannesbourg ce week-end, décrivant la Constitution de son pays comme « férocement contraire à la vie à travers sa volonté de promouvoir la contraception, l’avortement à la demande et le mariage homosexuel ». [...]

Suite de l'article sur le blog de Jeanne Smits

Le défi des gynécologues catholiques

Généthique nous rapporte que le groupe international de gynécologues et obstétriciens catholiques Mater Care International (MCI) organise, du 11 au 15 octobre au Vatican, une session de travail sur le thème : "La dignité de la maternité et la pratique de l’obstétrique et de la gynécologie. Un défi au statu quo".
Ces quarante dernières années ont permis "une profonde connaissance du caractère humain de l’enfant à naître grâce au développement du foetus suivi à travers l’écographie", explique MCI qui déplore que désormais "les obstétriciens considèrent la maternité et les enfants à naître comme une chose pouvant être arbitrairement détruite".
Les gynécologues et obstétriciens catholiques pointent du doigt entre les pays développés et sous-développés. D'un côté, "la médecine moderne et l’attention des obstétriciens ont permis d’éradiquer presque complètement la mortalité maternelle et de réduire fortement la mortalité périnatale", de l'autre "les décès pendant la grossesse et au moment de la naissance ont atteint des chiffres sans précédent". Le MCI constate qu'aujourd'hui l’avortement est au centre des programmes internationaux de santé. Aussi bien dans les pays développés, où l’avortement est promu comme une solution aux problèmes sociaux que dans les pays en voie de développement, où les programmes de santé - désignés par l’euphémisme "programmes de santé reproductive" - , prévoient de réduire la mortalité maternelle en supprimant l’enfant à naître. Pour le MCI, "ces politiques naissent d’une pauvreté de pensée et d’une pauvreté concrète, mais en dernier ressort, d’un manque d’amour".

La défense de la vie est la responsabilité de chacun !

“Vivre l’espérance” est le titre de l’Exhortation Pastorale des Evêques du Venezuela, réunis lors de la XXXIVe Assemblée Plénière Extraordinaire pour célébrer la fermeture du Concile Plénier du Venezuela où ils réaffirment leur vocation propre de constructeurs du Règne de Dieu et où ils réclament aussi l’attention sur certains éléments présents dans la société vénézuélienne actuelle. L’Exhortation réaffirme par ailleurs “la centralité de la personne humaine et sa dignité inaliénable, d’où naît le droit fondamental à la vie, source de tous les autres droits de l’homme", opposée à la culture de mort dominante, "fruit de l’égoïsme et d’un relativisme moral", comme le démontre l’augmentation du nombre d’avortements, d’assassins, d’enlèvements, d’extorsions, de situations de violence dans les prisons.
Les évêques affirment que la défense de la vie est la responsabilité de chacun : “Dans la mesure où l’on défend et l’on proclame la dignité de la vie humaine, de la même façon on construira une société où les valeurs morales fassent resplendir l’importance de la personne”.

9 oct. 2006

Un blog incontournable...

... dans le milieu Pro-Vie : Celui de Jeanne Smits

Déjà quelques articles à consulter :
1. La contraception conduit à l'avortement
2. Le mal à la racine
3. Expériences in vivo

Perret promeut l'avortement (2)

Excellente analyse sur le blog "Chrétien dans la Cité".

Extrait : "Ne laissons pas la société nous dicter une conduite contraire à notre foi. Avoir des enfants est certainement la plus belle chose qui soit. Il faut comme chrétiens dans la cité inciter les décideurs d'aujourd'hui et de demain à redonner à la maternité ses lettres de noblesses."

Un médecin suspendu

Un médecin espagnol a été suspendu suite à la dénonciation d'un avortement illégal.

8 oct. 2006

Perret promeut l'avortement

C'est Vox Galliae qui nous rapporte l'information : L'émission "VIP" sur KTO hier soir. Tête d'affiche: Pierre Perret
La journaliste: "Si vous étiez une femme, quel genre de femme aimeriez vous être ?"
Pierre Perret: "J'aurais aimé être une femme de celles qui râlent, qui lèvent le poing, une féministe, me battre pour l'avortement, tout ça...J'en ai parlé d'ailleurs dans ma chanson "Elle attend son petit"...

Des embryons mêlant l'humain à l'animal

Le quotidien britannique The Guardian révèle que trois équipes britanniques de biologistes de renom s'apprêtent à créer, via la technique du clonage, des embryons chimériques...

7 oct. 2006

Dimanche 8 octobre la Journée Mondiale de Prière pour la Vie Humaine

Organisé par la branche autrichienne de “Vie Humaine Internationale” et par l’Apostolat Mondial de Fatima, a lieu à Fatima (Portugal) le Congrès Mondial pour la Vie, avec pour thème “Marie, nous te confions la cause de la Vie”. L’événement bénéficie en outre de l’appui du Conseil Pontifical pour la Famille. Les organisateurs rappellent que dans son encyclique « Evangelium Vitae », le Pape Jean-Paul II écrit : « mu par une profonde sollicitude pour le sort de chaque homme et de chaque femme, je répète aujourd’hui à tous ce que j’ai dit aux familles engagées dans des tâches difficiles au milieu les pièges qui les menacent : une grande prière pour la vie est urgente, qui se répande dans monde entier » (n. 100).
Le Congrès a par conséquent comme objectif principal de réaliser ce désir de Jean-Paul II en le divulguant parmi tous les croyants et en le mettant en pratique. Les organisateurs espèrent en outre, par les travaux du Congrès en faveur d’une culture de la vie, soutenir les efforts pastoraux du Saint-Père Benoît XVI en faveur de la famille. Le Congrès, qui a commencé le 4 octobre et se prolongera jusqu’au dimanche 8, prévoit chaque jour des moments de prière intense, car il a été articulé comme un chemin d’exercices spirituels afin de réaliser « une grande prière pour la vie » comme le désirait le Pape Jean Paul II.
Seront aussi examinés et commentés les enseignements de l’Eglise en rapport avec la défense de la vie, et plusieurs témoignages sont prévus sur l’avortement. Aux travaux participeront diverses personnalités engagées dans le Mouvement Pro vie et dans l’Apostolat de Fatima, comme Mgr Karl Joseph Romer, Secrétaire du Conseil Pontifical pour la Famille ; Mgr Serafim Silva, Evêque émérite de Leiria-Fatima ; Isilda Pegado, Président de la Fédération Portugaise pour la Vie ; Luis kondor, Vice-postulateur de la cause de canonisation des Pastoureaux de Fatima ; Mgr Vítor Feytor Pinto, membre du Conseil National d’Ethique pour les Sciences de la Vie ; Sœur Virginia Beretta, sœur de Sainte Jeanne Beretta Molla ; Américo Lopez Ortiz, Président de l’Apostolat Mondial de Fatima.
Dimanche 8 octobre aura lieu la Journée Mondiale de Prière pour la Vie Humaine, pendant laquelle tous les catholiques du monde sont invités à réciter le Rosaire, tandis que les disciples d’autres religions sont invités à prier, selon leur foi, pendant vingt minutes, créant ainsi un courant mondial de prière en faveur de la vie.
--> Pour avoir toutes les informations nécessaires sur ce congrès mondial pour la Vie rendez-vous ICI

“Soins palliatifs pour tous”

Madrid célèbre la Journée Mondiale des Soins Palliatifs
C’est la deuxième année que l’on célèbre la Journée Mondiale des Soins Palliatifs. En 2005 plus de 1100 événements ont été célébrés dans 74 pays du monde entier. La Journée aura lieu samedi 7 octobre. Au Centre Saint Camille de Tres Cantos de Madrid tout est prêt pour cet événement désormais de grande portée internationale qui veut mettre en évidence l’importance des soins et de l’attention à l’égard des patients en stade avancé et terminal.
L’objectif est de prendre soin du malade afin d’améliorer la qualité de vie pendant la période qui lui reste à vivre, et en même temps d’apporter le soutien nécessaire à la famille au cours de la maladie et après la mort du conjoint en phase de douleur. L’Organisation Mondiale de la Santé a déclaré les soins palliatifs comme un droit essentiel pour tous.

Triste réalité...

Merci au blog "France Latine"
Dessin : konk.org

L'ignorance de Stéphanie de Monaco

Je cite : "L'opposition de l'Église catholique à l'usage du préservatif dans la lutte contre le sida est "une honte" (...) l'Église catholique «est aussi contre l'avortement [Heureusement, regardez le résultat ! NDLR] et l'usage des préservatifs éviterait aussi des avortements (...) Mais je pense que peut-être beaucoup de gens se cachent derrière la question de la religion pour ne pas utiliser de préservatifs".
C'est bizarre, en Ouganda, les bons résulats contre le SIDA est dû grâce à la continence et à la fidélité... Nous vous en avions parlé en juin dernier !

Avortement : un cardinal donne une consigne de vote

Aux Etats-Unis, l’archevêque de Los Angeles, le cardinal Roger Mahony, a enregistré un message qui devait être diffusé le 1er octobre dans toutes les paroisses de son archidiocèse, ou en cas d’impossibilité, ce jour-là, un autre dimanche d’octobre, «mois du respect de la vie», en vue d’un référendum qui doit se tenir en Californie en novembre. Il exhorte tous les paroissiens à voter «oui» à la proposition d’imposer la notification parentale en cas d’avortement sur une mineure...
Article complet sur le Salon Beige

Jean XXIII et le rosaire.... : "je prie pour tous les bébés qui naissent dans les 24 heures

Tandis que la fille de Kroutchev était en visite à Rome, Jean XXIII s'est ainsi adressé à elle : "Outre la prière biblique des psaumes, nous avons aussi cette forme populaire de prière."Pour moi, le Pape, ce sont quinze fenêtres - les quinze mystères - à travers lesquelles je contemple à la lumière du Seigneur les événements du monde. "Je dis un chapelet le matin, un autre au début de l'après-midi, un autre le soir. "Voyez, j'ai fait grande impression en disant aux journalistes que dans le cinquième mystère joyeux - "Il les écoutait et les interrogeait" je priais pour eux... J'ai fait impression sur les gens quand j'ai dit que, dans le troisième mystère joyeux - la naissance de Jésus - "je prie pour tous les bébés qui naissent dans les vingt-quatre heures, car, catholiques ou non, ils trouvent ainsi les voeux du Pape à leur entrée dans la vie. "Quand je réciterai le troisième mystère, je me souviendrai aussi de vos enfants, Madame."

L'euthanasie pour tous ceux "ne méritant pas de vivre"

Près de 200 corps d'enfants, de femmes et d'hommes, viennent d'être retrouvés enfouis dans deux fosses communes du cimetière de Menden (Dortmund, Allemagne).
Les enquêteurs estiment qu'il s'agirait de victimes du nazisme. Les nazis y avaient érigé un hôpital à la demande de Karl Brand, médecin particulier de Hitler. Ce médecin était chargé de l'application du programme d'euthanasie. Les corps d'enfants retrouvés dans les fosses pourraient être ceux d'enfants handicapés euthanasiés parce que "ne méritant pas de vivre", selon la terminologie criminelle nazie. Des tests ADN vont être effectués sur les corps afin de vérifier cette hypothèse. Les résultats ne sont pas attendus avant fin octobre.
Dans le cadre du programme d'euthanasie, près de 70 000 personnes handicapées et faibles ont été tuées.

Assemblée plénière pour la vie

Du 25 au 27 février 2007, se déroulera l'Assemblée Plénière annuelle de l'Académie Pontificale pour la Vie. Le thème retenu est : "La conscience chrétienne soutien du droit à la vie"
Source : Evangelium Vitae

11 ans naissait la Fraternité de Prière l'Evangile de la Vie

Extrait de l'entretien avec son fondateur :
Comment est née la Fraternité de Prière l’Evangile de la Vie ?
Au paragraphe 100 de l’Encyclique, le Pape lance un appel : « Ayant cette certitude au cœur et animé par une sollicitude inquiète pour le sort de chaque homme et de chaque femme, je répète aujourd'hui à tous ce que j'ai dit aux familles engagées dans leurs tâches rendues difficiles par les embûches qui les menacent : une grande prière pour la vie, qui parcourt le monde entier, est une urgence. Que, par des initiatives extraordinaires et dans la prière habituelle, une supplication ardente s'élève vers Dieu, Créateur qui aime la vie, de toutes les communautés chrétiennes, de tous les groupes ou mouvements, de toutes les familles, du cœur de tous les croyants! Par son exemple, Jésus nous a lui-même montré que la prière et le jeûne sont les armes principales et les plus efficaces contre les forces du mal (cf. Mt 4, 1-11) et il a appris à ses disciples que certains démons ne peuvent être chassés que de cette manière (cf. Mc 9, 29). Retrouvons donc l'humilité et le courage de prier et de jeûner, pour obtenir que la force qui vient du Très-Haut fasse tomber les murs de tromperies et de mensonges qui cachent aux yeux de tant de nos frères et sœurs la nature perverse de comportements et de lois hostiles à la vie, et qu'elle ouvre leurs cœurs à des résolutions et à des intentions inspirées par la civilisation de la vie et de l'amour. »

4 oct. 2006

"Nous confions à Marie la cause de la Vie"

“Mary, to You we entrust the cause of Life” (“Marie, nous Te confions la cause de la vie”) est le thème de la prochaine rencontre de l’Apostolat Mondial de Fatima (The World Apostolate of Fatima) qui se tiendra à Fatima du 4 au 8 octobre prochain. Pour cette circonstance un appel a été lancé, afin que le monde entier prie ensemble pour la grande cause de la vie humaine dimanche 8 octobre. On précise en particulier aux fidèles catholiques qu’ils pourront réciter le Rosaire, tandis que les non catholiques sont invités à prier selon leur foi religieuse pendant un temps équivalent à la récitation du chapelet, c'est-à-dire environ 20 minutes, unissant ainsi leurs voix au chœur de la prière pour la vie.
La Conférence Episcopale Régionale de Taiwan a accueilli cet appel et maintenant se mobilise pour diffuser l’initiative. Selon ce que rapporte “Christian Life Weekly”, bulletin hebdomadaire de l’Archidiocèse de Tai Pei, Mgr John Chen, Secrétaire général de la Conférence Episcopale Régionale de Taiwan, a envoyé une lettre à tous les Evêques, prêtres, religieux et laïcs pour qu’ils participent activement à l’initiative. Dans le communiqué on demande aux fidèles de l’Eglise de Taiwan de participer à la récitation du Rosaire, en communion avec tous les fidèles du monde, le 8 octobre, « confiant la cause de la vie humaine à la Bienheureuse Vierge Marie de Fatima. Souhaitant que le monde entier prie ensemble pour la vie humaine et suscitant une vague de prière mondiale ». En outre Mgr John Chen a invité toutes les paroisses à réciter en communauté le Rosaire pour cette intention, avant ou après la messe dominicale du 8 octobre.
Et la Conférence des Evêques de France ? Est-elle devenue sourde ?

Maman, nous avons besoin de vivre comme des frères

“Maman, nous avons besoin de vivre comme des frères” etait le slogan du XXXIIe Pèlerinage des Jeunes à pied à la Basilique de Notre-Dame de Luján qui a eu lieu le week-end du 30 septembre.
Durant le pèlerinage de cette année, les jeunes réaliseront un “geste pour la vie”: ils allumeront une lumière, feront une minute de silence et ensuite ils prieront une dizaine du Chapelet "pour les victimes de chaque violence et pour maintenir toujours allumée la flamme, en défendant la vie depuis la conception jusqu’à la mort naturelle”. Les organisateurs du pèlerinage ont lancé un appel à “allumer une lumière pour la vie” à tous les habitants du lieu où les pèlerins passeront à ce moment, qui s’uniront ainsi à la manifestation pour défendre la vie.

"Nous ne pouvons pas nous taire, ni arrêter de nous mobiliser pour exprimer notre refus ferme et clair de l’avortement"

Mgr José María Arancedo, a écrit une Lettre Pastorale sur le drame de l’avortement à tous ses fidèles, à l’occasion du début du mois d’octobre, où l’Eglise argentine célèbre la Journée de la Famille et la Journée de la Mère. Mgr José María considère que le thème de l’avortement n’est pas "un thème seulement de foi, mais une réalité qui appartient au domaine des droits de l’homme qui doivent être défendus par la même société, c’est pourquoi nous ne pouvons pas nous taire, ni arrêter de nous mobiliser pour exprimer notre refus ferme et clair de l’avortement". [...] "Nous devons affirmer et défendre que le premier droit de l’homme est le droit à la vie".
Mgr José María Arancedo conclut sa lettre en affirmant que "l'option pour l’avortement ignore la dignité et l’inviolabilité de la vie, qui a son fondement dans l’ordre de l’être, qui est le fondement de la justice". Par conséquent "nous sommes face à un thème que nous ne pouvons pas négliger, nous devons rendre raison de ce que nous proclamons et défendons, sans complexes, mais avec la certitude qu’il nous donne la foi et la raison, qui ne s’opposent pas mais se complètent et aident, et également avec le respect dû pour les personnes".

3 oct. 2006

Témoignage d’un avortement

Témoignage tellement révélateur pour de nombreuses femmes aujourd'hui que nous publions quasiment l'intégralité...


"Après que le liquide amniotique ait été retiré, il m’injecta 200cc de solution saline très concentrée (Technique des nazis. Le bébé est brûlé comme au napalm). A partir de ce moment, ce fut terrible. Mon bébé commença à se débattre. C’était comme un match de boxe. Elle souffrait (c’était une fille). La solution saline brûlait sa peau, ses yeux, sa gorge. Cela l’étouffait, la rendait malade. Elle était à l’agonie, essayant de s’échapper... [...] C’était trop tard pour revenir en arrière. Il n’y avait plus moyen de la sauver. Alors je lui ai parlé. J’ai essayé de la réconforter. J’ai essayé d’atténuer sa douleur. Je lui ai dit que je ne voulais pas lui faire cela, mais que c’était trop tard pour arrêter. Je ne voulais pas qu’elle meure. Je l’ai suppliée de ne pas mourir. Je lui ai dit que j’étais désolée, qu’elle me pardonne, que j’avais tort, que je ne voulais pas la tuer. Pendant 2 heures, je pouvais sentir sa lutte à l’intérieur de moi.
Puis, aussi soudainement que cela avait commencé, elle s’est arrêtée. Encore aujourd’hui, je me souviens de son tout dernier coup sur mon côté gauche. Elle n’avait plus de force. Elle mourut épuisée. [...]
L’avortement n’avait pas seulement tué ma fille. Il avait tué une partie de moi. [...] J’étais sans puissance, faible. J’étais une meurtrière. Un petit moment après que mon bébé ait arrêté de bouger, ils m’ont fait une injection pour stimuler le travail. Pendant 12 h, toute la nuit, j’étais en travail. Lorsque finalement j’ai accouché, les infirmières n’étaient pas dans la pièce.
J’ai accouché ma fille moi-même à 5h30 le matin suivant. Après lui avoir donné naissance, je l’ai prise dans mes mains. Je l’ai regardé de haut en bas. Elle avait une tête avec des cheveux, ses yeux étaient ouverts. J’ai regardé ses petits pieds et mains. Ses doigts avaient même des ongles et des empreintes. Tout était parfait. Elle n’était pas un "foetus". Elle n’était pas le "produit de la conception". Elle était un petit être humain. Elle était ma fille. Déformée par l’agonie. Silencieuse et immobile. Morte.
[...] Les infirmières sont venues et m’ont arraché ma fille des mains et l’ont jetée -littéralement jetée- dans une cuvette et l’ont emmenée"...

Témoignage Complet

2 oct. 2006

Les évêques dénoncent les attaques contre la vie et la famille...

...en Equateur !
En vue des prochaines élections générales, prévues le 15 octobre, la Conférence épiscopale équatorienne a publié un Message dans lequel elle demande au Tribunal Electoral “la transparence dans l’ensemble du processus, indispensable pour garantir le prestige moral de l’élu et la tranquillité du pays”.
Les évêques, considérent qu'il est indispensable que les citoyens connaissent bien la position des Candidats sur certains aspects fondamentaux pour le bon fonctionnement de la société. Parmi ces thèmes-clés, les évêques énumèrent la morale publique, principalement pour les aspects relatifs à l’élimination de la corruption à tous les niveaux, de la pornographie, de la consommation et du trafic de stupéfiants ; la famille et la défense de la vie "de façon à ce qu’on évite la désintégration des familles et que l’on défende la vie depuis la conception jusqu’à la mort" ; l'éducation "faisant respecter le droit des parents de donner aux enfants la meilleure éducation, d’après leurs critères et dans le milieu d’un cadre national commun, comme le proclame la Constitution et la Déclaration des Droits de l’homme"
Un autre communiqué a été émis par le Conseil Permanent de la Conférence épiscopale équatorienne, où elle exprime sa tristesse pour l’approbation au Congrès d’une réforme du Code de la Santé, qui parmi d’autres changements polémiques, introduit la remise de contraceptifs à des mineurs sans le consentement des parents, et de plus, obligerait les médecins à pratiquer l’avortement sans le droit à l’objection de conscience.
Les évêques remarquent que ces mesures constituent “une attaque contre la famille en facilitant l’usage de contraceptifs de la part des adolescents indépendamment de l’avis des parents. De plus il est question du droit de décider d’ ‘avoir ou ne pas avoir d’enfants’, sans précisions majeures et donc on laisse la porte ouverte à la légalisation de l’avortement”. Enfin elle se plaint de “la violence que l’on veut exercer sur la conscience des médecins, exigeant de leur part de pratiquer l’avortement dans des circonstances déterminées”. Les évêques annoncent qu’ils publieront une déclaration plus large “après avoir connu avec exactitude la portée de la loi”.

Avortements en hausse


Libération revient sur la hausse de l’utilisation de la pilule du lendemain chez les adolescentes, (légalisée en France afin de limiter le nombre des IVG...).
Selon la Drees, 1/3 des jeunes filles de 15 à 24 ans ont déjà utilisé la pilule du lendemain (qui est abortive). Parallèlement le taux d’avortement continue à augmenter chez les jeunes. La journaliste interroge Nathalie Bajos, socio-démographe, sur la raison de ces deux augmentations conjointes. Pour Nathalie Bajos, « les normes sociales sur les conditions d’une bonne maternité ayant évolué, les femmes auront davantage recours à l’Interruption Volontaire de Grossesse (IVG). On le voit depuis 30 ans, le taux d’IVG est relativement stable, alors que le nombre de grossesses non prévues a baissé ». Autrement dit, les femmes ont de plus en plus souvent recours à l'avortement, en cas de grossesse non prévue.

1 oct. 2006

"Ne cessez jamais de proclamer la vérité"

Benoît XVI a demandé aux évêques du Malawi à s’élever en faveur « des droits des femmes, des enfants, y compris des enfants à naître, qui sont violés de façon cynique par le trafic humain, la violence domestique et ceux qui promeuvent l’avortement ».
« Ne cessez jamais de proclamer la vérité, et insistez sur cette vérité ‘à temps et à contretemps’ (2 Tm 4, 2) car ‘la vérité vous rendra libres’ (Jn 8, 32) », a déclaré le pape.

Conférence à Nancy le 14 octobre

Thème de cette conférence : "L'AVORTEMENT ET APRÈS ? Une approche scientifique : le syndrome post-avortement, le syndrome du survivant" par les docteurs Georges et Françoise NEWINGER, médecins spécialistes engagés dans l'accompagnementde personnes en souffrance à 17 h Domaine de l'Asnée - Salle Saint-Nicolas - 11, rue de Laxou – 54600 VILLERS-LES-NANCY
Conférence organisée par le Comité d'Accueil à l'Enfant et d'Aide aux Futures Mères
Pour tout renseignement : contact@accueil-enfant.orgou
03.83.27.37.10

Conférence à Bruxelles le 5 octobre

Le JEUDI 5 OCTOBRE 2006, pour agir contre le projet de loi (du 8 octobre) relatif à la procréation médicalement assistée et à la destination des embryons surnuméraires et des gamètes en Belgique, le Professeur Rémi BRAGUE donnera une conférence sur le théme : "LA DÉMOCRATIE EN POLITIQUE ET EN MORALE" à 20 h dans les locaux de la Fondation Universitaire - 11, rue d'Egmont à Bruxelles

La dictature de la pensée doucement en marche...

Le clergé de Rio de Janeiro n'a plus le droit de dire que l'avortement est un crime !
Pourquoi l'Eglise n'aurait-elle plus le droit de dire que CA ! est un meurtre ??

Article complet sur l'excellent Salon Beige.

Mobilisation contre l'euthanasie


Suite à la la sortie de son roman Les assassins sont si gentils (dont nous vous avions déjà parlé), Elisabeth Bourgois, infirmière, reçoit de nombreux soutiens individuels qui, collectivement, peuvent avoir un réel impact dans ce grave débat de société. C’est pourquoi le Collectif pour une médecine de vie vient d’être créé face à l’action omniprésente de ceux qui profitent de nombreuses affaires douloureuses d’euthanasie pour exiger le vote d’une loi en autorisant la pratique en France.
Ce Collectif, a-politique et a-confessionnel, souligne :
- qu’aider quelqu’un à mourir dans la dignité, c’est lui apporter tous les soins médicaux et psychologiques pour lui éviter des souffrances extrêmes, physiques et morales, de fin de vie.
- qu’aider quelqu’un à mourir dans la dignité ne peut en aucun cas vouloir dire : provoquer sa mort.
- que légaliser l’euthanasie, ce serait instaurer la possibilité pour quiconque, de prononcer la peine de mort d’êtres souffrants ou considérés comme indignes de vivre.
que la médecine est l’art de soigner tout être vivant et qu’elle n’est pas un outil d’exécution.
Le Collectif pour une médecine de vie réclame que la loi Léonetti d’avril 2005 sur la fin de vie soit appliquée avec l’augmentation des lits de soins palliatifs. Il souhaite une formation plus approfondie des étudiants en médecine et des professions para-médicales sur le traitement de la douleur et de la fin de vie. Dans ce but, le Collectif lance une pétition pour défendre la vie.

Via Le Salon Beige