6 mars 2009

Espagne : risque de dépénalisation de l'IVG à 14 semaines

Un collège d'experts sur l'avortement désigné par le gouvernement espagnol a recommandé jeudi d'autoriser l'interruption volontaire de grossesse (IVG) à la demande de la femme jusqu'à la 14e semaine, dans le cadre d'un projet de réforme de la loi qui devrait être présenté avant l'été.
La législation espagnole actuelle, révisée en 1985, n'autorise l'avortement qu'en cas de grossesse consécutive à un viol, jusqu'à la 12e semaine, de malformation fétale, jusqu'à la 22e semaine, ou de risque physique ou psychique pour la femme, jusqu'à la fin.
Les experts proposent de légaliser l'IVG sans obligation de justification médicale jusqu'à 14 semaines, et jusqu'à 22 si un médecin attteste d'un risque sérieux pour la santé de la femme ou d'une malformation du foetus. Au-delà de la 22e semaine, les médecins devront certifier que le foetus présente une malformation qu'ils jugent incompatible avec la vie. AP
Lu sur Challenge

2 commentaires:

Juan Montañés a dit…

Je suis espagnol et catholique.
J'ai honte de mon gouvernement.
www.desdesdr.blogspot.com

Hieraaetus a dit…

Chaque pays a ses vices, mais aussi sa grandeur. A chacun de l'élever.
De notre place, nous pouvons prier pour nos pays et surtout pour ceux qui les gouvernent.
"Espère en le Seigneur, prends force, prends courage, espère le Seigneur". Psaume 37 de la Bible